Choeur d'hommes du  Pays Basque  


Les pages musicales


  • Les compositeurs basques
  • aragues Tomás Aragüés Bernad(1935)

    Le nom d’Aragüés est illustre dans le monde de la musique par le fond que nous ont légué quatre de leurs membres : le père, Tomás Aragüés Bayarte (1903-1956) et ses trois fils.
    Quand le père, né à Tauste en 1903, s'est installé à Baracaldo en 1940, pour occuper la place de Directeur de la Banda Municipale, il emmène sa famille au Pays Basque, où se développeraient leurs dons musicaux. Lui même deviendra professeur d’Harmonie et Composition au Conservatoire de Bilbao.
    L’ainé des trois fils, Tomás Aragüés Bernad, est né à Albalate del Arzobispo (Teruel) le 19 octobre 1935.
    Installé à cinq ans à Baracaldo, depuis tout petit, il reçoit de son père les premières leçons musicales. Inscrit au Conservatoire de Bilbao, son parcours est couvert de Premiers Prix en Solfège, Harmonie et Composition (1958).
    Par la suite il a assisté à des Cours Internationaux de perfectionnement en Composition : Musique à Compostela avec Hans Haug et Manuel Palau ; Academia Musicale Chigiana de Sienne avec Goffredo Petrassi (1967).

    Pendant ses années de permanence dans l'Institut religieux de la Salle il s'est spécialisé en musique religieuse. Il obtient la licence de Chant Grégorien et devient dans les années soixante Professeur de Musique Sacrée à l'Université Pontificale de Salamanque.
    A cette époque, il livre un grand répertoire de musique religieuse, relevée dans les éditions de l'Institut Pontifical San Pío X, assigné à l'Université Pontificale de Salamanque. Il s'agit de musique écrite pour répondre aux  innovations du Concile Vatican II. De toutes ces partitions sa Messe en Espagnol, qui est chantée dans tous les pays de langue hispanique lui donne une popularité spéciale.

    En 1972 il a obtenu la Chaire de  Solfège et Théorie de la Musique au Conservatoire Municipal de Saint-Sébastien. En même temps que sa prise de fonction, il a fixé sa résidence dans la capitale du Guipuzcoa en 1973. En 1981 il occupe aussi la Chaire de Direction d'Orchestre du Conservatoire donostiarra.
    Entre 1980 et 1983 il a été Directeur du Conservatoire.

    Il fut aussi directeur- Fondateur de l'Ensemble Baroque de Saint-Sébastien de 1974 à 1979. Il dirige également le célèbre chœur d’Hommes Coro Easo de 1977 jusqu'à 1979, en composant pour ses pupitres diverses oeuvres.

    Il a mis en service le nouvel Orchestre du Conservatoire en 1980, en lui donnant en 1985 un projet défini et en le dirigeant dans des saisons régulières de concerts jusqu'à décembre 1993.
    Fondé en 1982, l'Orchestre Symphonique d'Euskadi, auquel il a assidûment collaboré durant les premières années de son existence avec des interventions importantes, comme la direction de la version concert de l'opéra AIDA de G Verdi en 1983 et le montage des opéras basques OLESKARI ZARRA de José Olaizola en 1983 et TXANTON PIPERRI de Buenaventura Zapirain en version concert en 1984.

    Il  a également dirigé l'enregistrement du premier disque du dit Orchestre, en reprenant dans une de ses faces une série d’œuvres basques, presque toutes orchestrées par lui-même, entre autres la version officielle de l'EUSKADIKO ERESERKIA.

    Jusqu'ici nous avons décrit Tomás Aragüés pédagogue et directeur interprète de la musique, mais nous nous dépêchons souligner que sa tâche la plus féconde se place sur le terrain de la Composition. Un compositeur précoce d'une fécondité rare.

    A quatorze ans il a composé déjà ses deux premières oeuvres, un TANTUM ERGO pour 4 voix mixtes et un ZORTZIKO pour piano. Sa tâche de compositeur a souffert des oscillations de différente nature, imposées par les aléas de sa vie, reflétés dans sa plus grande ou plus petite production, ou dans la nature de son esthétique musicale.

    En ce sens nous voulons souligner ses étape d'études au côté de Goffredo Petrassi, qui l'a amené à des expériences de musique en style libre atonal. Toutefois, il n'est pas facile d'indiquer dans sa ligne de compositeur des étapes définies, parce qu'il conserve une claire indépendance personnelle. Il a essayé tous les types de musique et de modes musicaux.

    Nous avons mis en avant sa grande contribution à la musique religieuse pastorale, mais dans son domaine il souligne plus sa passion pour la musique chorale, spécialement basque, et pour la musique instrumentale, spécialement symphonique ou symphonique- chorale.

    Dans un bilan synthétique ses oeuvres dépassent le total de quatre cents.

    Les compositeurs Basques
    Retour au sommaire des compositeurs
    Le chant d'un peuple - Un peuple qui chante ...

    Partitions et téléchargement
    (fichiers gratuits)
    Les chants basques


    Retour à la page d'accueil
    Retour à l'index général